Traduction maison

Venez nous raconter votre vie ici ! Si ça parle de SF c'est très bien, sinon bin c'est pas grave on vous aime bien quand même !

Modérateur : hatsumomo

Avatar du membre
psychogore
Membre [SF.FR]
Membre [SF.FR]
Messages : 1267
Enregistré le : sam. nov. 05, 2005 10:45 pm
Localisation : Dans le maquis (home sweet home !)

Re: Traduction maison

Message par psychogore »

Marrant, il passerait presque pour un brave mec.
Mais les gens qui ont cassé leurs sticks sur lui en jouant à Final Fight savent ce qu'il en est...
nobody akuma kills stays dead now.

that guy is gonna get a complex . -Mr List from SRK

Les aberrations de gameplay : Psycho qui fait des loops avec Oro. Evilryu
"bon, il reste 1/4 d'heure, ce sera vite torché : je vous prend chacun un match à 3.2, histoire vous mettre une branlée chacun !"
hatsumomo
Chef Bios
Chef Bios
Messages : 1022
Enregistré le : sam. nov. 05, 2005 10:58 am
Localisation : Monde Extérieur.

Re: Traduction maison

Message par hatsumomo »

C'est un trait commun chez la plupart des "méchants" du premier Final Fight: ils n'en sont pas vraiment, au fond. On dirait plutôt des types sans repères, marginalisés pour différentes raisons, que Belger a manipulés pour arriver à ses fins.

Le fait est qu'ils sont presque tous passés à autre chose après les évènements de Final Fight:

Sodom: en quête existentielle.
Poison et Hugo: dans le catch pro.
Rolento: veut créer son utopie militaire mais ça ressemble plus à un jeu de petits soldats géants qu'à une dictature totalitaire.
Abigail et Roxy: gèrent une casse auto.

Etc, etc...
Yahou Yaoi, youpi yuri.
hatsumomo
Chef Bios
Chef Bios
Messages : 1022
Enregistré le : sam. nov. 05, 2005 10:58 am
Localisation : Monde Extérieur.

Re: Traduction maison

Message par hatsumomo »

Ca a été cauchemar à traduire et réécrire mais voilà la bio de Guy ! (Heureusement qu'il ne peut y avoir qu'un seul maître Bushin à la fois !) Merci à LVD pour ses notes et corrections.

Guy

L’authentique Ecole Bushin… avait besoin de sang neuf pour renaître de ses cendres.
Au fil des siècles, les techniques du Bushinryû s’étaient réduites au rang de reliques du passé. Il fallait quelqu’un aux épaules suffisamment solides pour assumer ce renouveau. C’est dans ce but, qu’il était moins que certain d’atteindre, qu’un homme avait erré à travers tout le pays. Son nom était Zekû. 38ème Maître en titre de l’école Bushin.

Cet “homme providentiel”, il l’avait trouvé il y a quelques années…
Il poursuivait résolument son voyage, quand ses pas l’avaient conduit dans une ville. Au milieu du brouhaha urbain, on pouvait voir une sorte d’attroupement. “Simple querelle de voyous…” Mais alors qu’il allait passer son chemin, Zekû n’en crut pas ses yeux. Un jeune homme, semblable à une bête fauve, ne cédait pas d’un pouce devant son adversaire, plus grand et fort. Son talent inné et sa combativité, que seuls détenaient les véritables artistes martiaux, se gravèrent dans sa rétine. “Aucun doute possible…” Les yeux de Zekû brillaient.

Cette nuit-là, le jeune homme se confronta à Zekû, qui l’avait pris en embuscade. “On dirait qu’il y a encore beaucoup de puissants combattants de nos jours… Tu devrais suivre les enseignements d’un maître…” Le garçon ne prit pas au sérieux cet homme qui avait soudain surgi devant lui. Toutes ses frappes ne rencontrèrent que le vide. Il n’avait même pas pu toucher son adversaire.
“Et mer… !” A l'instant où le jeune homme s’élançait en poussant ce cri, son corps vola dans le sens inverse. “Il s’est passé quoi, là ?!” Le garçon n’avait pas la moindre idée de ce qui lui était arrivé.
“Ceci est le style Bushin ! Rejoins-moi, et je te montrerai ta Voie.” Le visage de l’homme qui prononçait ces mots rayonnait de la fierté de l’artiste martial qui suivait le chemin auquel il croyait.
Zekû s’approcha du jeune homme, assis par terre, comme si ses jambes s’étaient dérobées sous lui, et lui tendit doucement la main. “Quel est ton nom ?”
Le jeune homme la saisit sans appréhension, et répondit: “Je m’appelle… Guy.”

Depuis lors, Guy s’entraîna sans relâche sous la houlette de Zekû. Le garçon qui irradiait d’une force incontrôlable avait tant mûri qu’il en était venu à hériter non seulement des techniques, mais également de l’âme même du style Bushin.

Le jour où Guy entamerait son périple pour la renaissance de l’authentique Ecole Bushin approchait à grands pas…

Source: https://www.zupimages.net/viewer.php?id=22/30/e28w.jpg
Yahou Yaoi, youpi yuri.
hatsumomo
Chef Bios
Chef Bios
Messages : 1022
Enregistré le : sam. nov. 05, 2005 10:58 am
Localisation : Monde Extérieur.

Re: Traduction maison

Message par hatsumomo »

Et last but not least, Birdie ! Pour le coup, une des bios les plus marrantes à lire et à traduire !

Dans une ruelle isolée du quartier des bars, un cri s’éleva tout à coup, suivi d’un grand “vlan”. “T’es vraiment crampon, toi ! Quand j’te dis de dégager, tu dégages !”
Après s’être fait expulser du pub, le client vit apparaître devant lui un homme bâti comme une armoire normande. Tout en peignant sa superbe crête iroquoise, l’homme s’avança vers lui et cria:

“Shadaloo ? Le syndicat du crime dont tout le monde cause ? Et ta soeur ? Aujourd’hui, j’suis pas d’humeur ! Alors ? Ca te dirait que je t’apprenne un jeu rigolo ?”
L’homme s’élança en un éclair, et le tintement d’une chaîne résonna dans la nuit.

“Mazette ! Si des types comme ça continuent de déconner, je s’rai bientôt blindé de fric!!!” pensa soudain Birdie, l’air triomphant, une fois rentré à l’intérieur après avoir délesté l’autre homme de son portefeuille. “En êt’ réduit à gagner sa croûte comme videur dans ce troquet miteux… J’ai pas mon pareil à la baston, j’trouve même plus d’adversaire assez fort. Sérieux, ça serait un bon plan pour se faire un nom et de la thune… Ok, c’est décidé, bye bye cette vie minable ! C’est maintenant que débute la nouvelle ère du grand Birdie !!!”

“Hey, Birdie, t’as l’air de sacrément bonne humeur !” remarqua le patron du pub. Birdie se leva d’un coup, et annonça d’une voix forte:

“Patron, aujourd’hui, moi, Birdie, je fête mon nouveau départ ! Allez tout l’monde, c’est ma tournée ! Mégateuf jusqu’à l’aube !”
Des acclamations s’élevèrent d’un peu partout dans le bar, et Birdie fit alors ce serment solennel:

“Bientôt, le nom du grand Birdie résonnera dans toute la ville ! Non, dans l’monde entier !”

Certain de sa gloire à venir, Birdie la célébrait déjà en descendant des litres de Bourbon.

Il se mit en route le lendemain matin. A son patron qui dormait à poings fermés, il laissa une note…

“Voici ma reconnaissance de dette ! Ah, et pour mon cadeau d’adieu, je me suis servi dans la caisse !”

Source: https://www.zupimages.net/viewer.php?id=22/30/e28w.jpg
Yahou Yaoi, youpi yuri.
Répondre